Vous pourriez aimer

Commentaires

22-06-2016 à 21:03
Miss Blemish

J’ai adoré lire ce post. Il me parle car moi aussi j’ai ralenti le rythme de publication parce que mon blog et le type d’article que j’écris a évolué, mes envies et mon rapport à lui aussi. C’est très effrayant de mener cette transition car lorsque c’est une passion on y investit tant de soi, tant de rêves dont nos blogs sont les vecteurs que l’on a peur de ne pas se montrer à la hauteur de ce que l’on se souhaite et de ce que l’on a construit petit à petit. Pourtant, les relations créées, les échanges ne s’arrêtent pas à une cadence ralentie, ils se poursuivent à leur rythme, comme dans la vraie vie.

Et je te rejoins sur ta conclusion, plusieurs fois j’ai trouvé cruelle la rapidité avec laquelle le contenu s’efface. Mais c’est aussi ce qui fait le challenge créatif d’internet, être capable à chaque production de repartir à zéro, nous remettre en question, recommencer et savoir que l’on devra donner le meilleur de soi car rien n’est acquis, tout est à prouver. C’est formateur et cela donne à notre regard sans doute un bien meilleur jugement tout en nous préservant de notre égo.

Douce soirée Léa et à bientôt !

23-06-2016 à 5:50
marionromain

Ton article est très intéressant, car je te rejoins complètement sur le fait que parfois, la limite est fine, et on ne se rend pas compte pas tout de suite qu’on la franchie. Je me reconnais dans certains des “symptômes” que tu as identifiés (l’anticipation, la planification…), mais je ne l’ai pas encore associé au signe que j’ai dépassé la ligne rouge dans mon cas, plutôt à un juste équilibre des choses. Planifier me permet de garder une pratique saine du blog, sans stresser justement parce que je réalise que je n’ai rien publié depuis un bout de temps, ou que je n’ai rien prévu pour les jours suivants. Mais peut-être que je n’en suis pas encore arrivée à ce stade de ta réflexion, et que je réaliserai dans quelques mois que oui, je l’avais franchie, cette limite.

23-06-2016 à 6:58
Délia

Je suis aussi dans cette phase de questionnement, et de remise en question du temps que je passe dessus. J’adore ce que ça m’apporte, mais c’est trop chronophage et ça en devient parfois une contrainte. Je pense aussi que le fait d’avoir créé le blog et alimenté à fond majoritairement quand je n’avais rien à faire fait que j’ai maintenant la sensation qu’il me vole du temps dont je pourrais avoir besoin.
C’est important aussi de savoir se poser les bonnes questions. Je pense qu’une blog de qualité, même alimenté une fois par semaine, peut avoir tout autant de lectorat.
Ce serait dommage de perdre l’essence même qu’est le plaisir d’écrire pas vrai? :)

23-06-2016 à 7:22
prettylittletruth

Tres bel article qui resume ce que je pense aussi. Je me mettais enormement de pression l’annee derniere pour etre sure de pouvoir poster 3 articles par semaine minimum quitte a sacrifier ma famille et mon boulot. Puis au final, je me suis rendue compte qu’en fait, le monde ne s’arretera pas de tourner si je ne publie pas et je serais tout aussi bien! Je reve aussi a un web responsable :)

23-06-2016 à 7:26
La Mouette

Tout ce que tu dis me parle tellement, je le ressens énormément depuis quelques mois et le blog, que j’adore, est devenu une contrainte. Comme toi chaque chose que je faisais devait me servir à l’alimenter, rien que là, je me dis que j’aimerais aller à la mer bientôt et j’ai une petite lumière qui clignote qui me fait dire “ça me fera des photos pour le blog en plus !”. Tout ça fini par être fatiguant à la longue. Depuis peu je travaille de chez moi, j’ignore comment ça va évoluer ces prochains mois mais c’est ce que je souhaite faire, et j’ai naturellement relégué le blog au second plan. Hier je n’ai pas posté d’article, juste parce que j’ai oublié et que je n’ai rien de prêt à être en ligne et je ne m’en suis rendue compte que le soir. Le web a considérablement modifié notre rapport au temps, tout va plus vite, bien plus vite que notre propre rythme biologique et au bout d’un moment, logiquement on ne peut tout simplement plus suivre. Alors comment faire ? C’est assez difficile au final de trouver l’équilibre parfait entre notre rythme biologique, celui qui est différent pour chacun, et le rythme de la vie qui nous entoure… Merci pour ce billet de bon matin :) Passe une belle journée Léa !

23-06-2016 à 7:41
Eleanor

J’aime beaucoup tes réflexions que je trouve très saines à vrai dire. J’ai toujours refusé de me fixer la moindre contrainte quant à mon blog ou aux réseaux sociaux, j’ai toujours fonctionné à l’envie. Je publie quand j’ai envie, je partage une photo sur IG quand j’ai envie aussi. Parfois, il peut se passer une ou deux semaines sans que je ne partage rien (parce que soyons honnêtes aussi, parfois, la routine et la vie font aussi qu’on n’a pas grand chose de passionnant à partager), parfois, je vais publier plusieurs fois dans une semaine. Alors, certes, je ne suis pas une blogueuse “professionnelle”, ce n’est pas mon métier, c’est donc sans doute bien plus facile de se détacher de ces contraintes quand on ne baigne pas en permanence dans ce domaine. Mais je n’ai jamais non plus cherché ni voulu me “professionnaliser”.

Le quotidien peut être déjà plein de contraintes, et il est bon de savoir prendre un peu de recul pour souffler, prendre le temps de vivre, de profiter de ce qui nous ressource. En tant que lectrice, je préfère un blog alimenté spontanément et sincèrement, avec envie, que des notes quotidiennes dépourvues d’âme ou, pire, presque uniquement sponsorisées. Je rejoins la remarque de MissBlemish, les liens tissés sur la toile, quand ils sont sincères (et ce sont les seuls qui en vaillent la peine au final) résistent sans problèmes aux publications aléatoires et moins fréquentes.

Je te souhaite une belle journée, merci pour cette belle note qui fait du bien ! :)

23-06-2016 à 10:42
Laëtitia

J’aime beaucoup cette idée de “web responsable”.. Internet est un outil vraiment fabuleux, qui nous permet de faire des découvertes et de créer des choses, mais il est si facile de basculer et de se laisser happer par le besoin de remplir les blancs. Et pourtant il y a certains blogs que je suis sur lesquels le rythme de publication est très très aléatoire, et ça n’est jamais un problème, je suis toujours très contente quand je vois qu’un nouvel article a enfin été publié. Peut-être devrions-nous accorder ça à nous aussi.

23-06-2016 à 11:45
Sweetcocooning

J’ai beaucoup aimé ton article Parce que je mis suis retrouvé un peu.
Mon blog aussi est un peu au ralentit, Instagram pareil, parce que le boulot et toute les petites choses qui sont à côtés font que.
J’ai encore un peu de mal à ne pas essayer que mon blog soit parfait et tout et tout mais avec le temps je pense y arrivé.
Comme toi je préfère allé à mon rythme et aimer ce que je fais plutot que de me forcer et peut être un jour me dégoûté de cette passion qu’est le blogging.

Merci pour ton article en tout cas !

Léa de http://sweetcocooning.net

PS : il faudrait qu’on essaie de se revoir autour d’une tasse thé ;)

23-06-2016 à 12:15
Stéphanie

Mais tellement tellement… Tu as tout à fait raison !
En tant que chargée de com web, j’ai le même sentiment. Quand tu as passé ta journée sur la toile, le soir tu n’as juste plus envie. L’impression de vivre uniquement via son blog, via les réseaux sociaux, etc, j’en ai fait le constat très rapidement et c’est hyper triste. Devoir être à la page de tout, ouvert et curieux de tout, c’est top mais fatiguant et surtout perturbateur. Où est-ce qu’on se retrouve après ?

Je suis persuadée que si tu fais selon tes avis, tes articles en seront d’autant plus intéressant, car ils viendront d’un souhait fort et d’un réel partage pas d’une obligation ou d’un planning ahahah !

Hâte de découvrir tes projets humano-web ! Cela m’intéresse beaucoup moi-même mais plus sur le plan de la place de la femme et du citoyen dans l’entreprise !

À très vite alors ;)

23-06-2016 à 12:40
Rosenoisettes

Je te suis totalement, le blog peut prendre le pas sur notre vie, sur notre liberté si on décide de s’imposer un rythme, une ligne et une conduite.
Les réseaux sociaux et le numérique nous grignotte au fur-et-à-mesure… J’essaie également de prendre du recul et compte diminuer la fréquence des articles (3 par semaines) à un seul… Mais avant tout je souhaiterais faire peau neuve, comme un renouveau plus léger !
Bonne fin de semaine ~

23-06-2016 à 15:52
Virginie

Bonjour Léa,

Ton titre m’a interpellé et en te lisant je me suis retrouvée également. Chez moi la frontière entre mon blog de cuisine et mon travail de photographe culinaire est encore plus mince car c’est le même travail. Je travaille en plus chez moi, autant dire que je n’arrive pas à séparer vie perso et vie pro.
Et à travailler tout le temps, semaine et week-end, à prendre pas ou peu de vacances, à ne penser qu’au travail, qu’au blog… un véritable tourbillon… mon corps et ma tête m’ont dit stop. Depuis le début de l’année, je cumule des soucis physiques liés à tout cela. Ce qui a engendré une phase de déprime en plus. Je rentre de vacances et ça m’a fait le plus grand bien. J’ai pu prendre un peu de recul.
Ralentir les publications sur mon blog, je n’arrive pas vraiment à m’y résoudre, mais j’y songe de plus en plus. Je réfléchis à comment mieux gérer mon temps, comment ralentir le rythme.

Tu as su prendre conscience de tout cela et tu as trouvé un nouvel équilibre, et c’est très bien comme ça ! L’essentiel, c’est de se sentir bien !

Je ne commente jamais habituellement, mais là, j’avais envie de m’exprimer un peu.

Belle soirée !

23-06-2016 à 17:51
traveling brunette

Je pense que nous sommes un peu esclaves malgré nous des réseaux sociaux, tout va très vite, les images d’instagram/pinterest défilent de manière vergitineuse et pour moi, c’est le zapping télé version xxl. Concernant mon blog, je n’ai pas d’ambition de publier beaucoup, même si j’aimerai mais j’ai préféré profiter plus d’activités en plein air. J’ai beaucoup pris de recul par rapport à Internet et lorsque je pars en congé, je pars sans rien, même pas mon téléphone (qui n’est même pas un smartphone :), je ne suis ni sur facebook, ne poste rien sur Insta, bref, j’essaie vraiment de limiter mon temps devant l’écran en dehors du boulot ( (de toute façcon, il y a tellement de blogs ou de sites qui sont intéressants que je ne sais même plus lesquels suivre correctement…) , bref je milite pour le slow blogging et en plus avec le beau temps qui arrive, mon écran m’insupporte de plus en plus :)

23-06-2016 à 18:16
Cécile

Tu as tout à fait raison ! De mon côté je me suis rendue compte qu’Instagram était chronophage, quitte à poster n’importe quoi dessus. Pour le blogging, c’est pareil. On veut toujours du contenu parce que c’est angoissant de se dire que si on n’écrit plus, les lecteurs ne reviendront pas. J’ai changé d’environnement en juin et j’ai bien vu que je n’avais pas ou plus envie d’écrire, que j’avais du temps à consacrer ailleurs et que l’inspiration n’était pas forcément au rendez-vous. Du coup j’ai commencé plusieurs brouillons mais je ne sais pas quand je vais les terminer !
En tout cas, j’espère que tu réussiras à trouver ton équilibre et à concilier toutes tes envies :)

24-06-2016 à 8:51
Caro

Merci pour ce bel article, qui met en mot ce que je ressens parfois.

24-06-2016 à 9:42
Crokmou

Je suis passée par la même phase il y a bien de ça un an je pense. J’aime être constamment sur mon pc, que ce soit pour retoucher mes photos, plancher sur le webdesign ou autre mais comme tu le dis si bien, de mon côté j’aime aussi que tout soit parfait.
Comme beaucoup d’entre nous j’ai ouvert mon blog par passion, par envie, bien que je ne souhaite pas le moins du monde en vivre, une petite part de moi espère avoir un blog à la hauteur de ce que les autres attendent, finalement c’est ça qui a fait que je me suis détachée. Parce que je n’avais plus envie de poster des articles pour moi mais pour qu’on me lise. Se détacher ça fait du bien et ce n’est pas plus mal !

24-06-2016 à 13:05
Happy Us Book

Tout est dit, je suis absolument d’accord! Belle journée à toi

24-06-2016 à 13:36
voyagetourix

Belle réflexion sur la frontière entre la vie perso et le monde du blogging… car effectivement on souhaite toujours produire quelque chose qui nous plaise et ça prend forcément du temps.
Il est aussi vrai qu’on cherche à avoir un maximum de trafic sur son site… c’est toujours bon pour son ego d’avoir un peu de reconnaissance et puis il peut y avoir des petits cadeaux à la clé …
Du coup, beaucoup de blogueurs sont “formatés” pour suivre les conseils d’experts à la lettre : pas plus de 3 tweets / jour, 2 articles / semaine… où est la spontanéité dans tout cela ?
De mon côté, j’ai également connu cette période chronophage puis je me suis progressivement détaché de la nécessité de produire du contenu régulièrement car, mis à part les stars de la littérature ou des blogs, on ne peut pas vivre de ses récits :o)

26-06-2016 à 10:32
Lolli

Je te rejoins complétement sur ta réflexion : parfois, le blog prend le dessus sur la vie. Et pourtant, nous ne sommes pas un blog. C’est une passion, un hobby mais notre vie ne doit pas être faite en fonction de notre blog. On a le droit de laisser l’appareil photo et de profiter pleinement des personnes qui nous entourent et du moment présent. Bloguer est une envie, pas une obligation. :)

26-06-2016 à 14:14
Tiphanya

Ton titre est parfait !
Il y a quelques temps (années…) Christine Gilbert qui blogue et rédige en anglais, avait dit dans une de ses formations qu’il faut sortir et vivre avant de bloguer. Que si nous ne vivons pas loin de nos écrans, nous n’aurons jamais rien d’intéressant à dire. Mon blog voyage était encore tout bébé et ces propos m’ont beaucoup inspiré et sont derrière ma façon de bloguer au quotidien. D’abord je vis, et ensuite, en fonction du temps qu’il reste, je blogue.
Après j’ai opté pour une publication régulière sur mon blog (2 fois par semaine) mais si je n’ai pas le temps, tant pis.

28-06-2016 à 7:52
Catherine

Je blog depuis 2003 et intensivement depuis 2009, c’est une passion qui a bien évolué et c’est devenu mon loisir principal ! En 2012 cependant j’ai voulu tout arrêter car je me mettais trop de pression : publier plusieurs fois par semaine, répondre aux invitations, faire un voyage blog tous les mois, etc STOP ! Finalement au lieu d’arrêter j’ai juste décider de ralentir. Peu importe combien de fois je publie par mois, peu importe si je voyage beaucoup moins, peu importe si mes photos ne sont pas réussies, peu importe si ma newsletter a 2 semaines de retard… je me suis même interdit de bloguer le week-end :) Je blog 100% plaisir et c’est bien mieux comme ça :)

28-06-2016 à 8:07
Lucky Sophie

Je comprends tout à fait ce que tu écris, et je partage cette envie de vivre d’abord ma vie avec les gens que j’aime et d’en partager des tranches avec mes lecteurs quand c’est possible… et tant pis si c’est loin d’être parfait ! :-)

28-06-2016 à 12:52
Anne

Tu as entièrement raison. Ca fait tellement de bien à l’égo rapidement d’avoir des lecteurs, des likes, et je ne sais quoi, qu’on oublie parfois le plaisir à long terme du partage quotidien avec les gens qui nous entourent!

29-06-2016 à 20:14
Sarah

Ton article tombe à pic alors que je suis moi-même en grande réflexion sur tous ces sujets. j’ai crée mon blog bien plus tard que toi, il y a à peine 6 mois mais étant en dernière année d’études j’avais beaucoup de temps à y consacrer. Je vais commencer un boulot assez chronophage à partir de septembre et par conséquent je pensais à tous les points que tu soulèves, notamment le fait que je ne veux pas m’imposer un rythme de publication, que cela doit rester un plaisir comme tu le dis. J’ai commencé ce blog car j’adorais cuisiner et tester de nouvelles adresses ou que je sois mais comme tu le soulignes très bien je me suis rendue compte que parfois je me “forceé à visiter un quartier comme toi pour avoir un peu de frais sur le blog et raconter de nouvelles choses. Ce manque de spontanéité me pèse parfois et bien que je sois une novice je me dis déjà qu’il va falloir se calmer un peu :)
Premier effort, je ne prends plus l’appareil photo au resto le we avec l’amoureux, ça n’a l’air de rien mais pour une bloggeuse food c’est é-norme :)
Au plaisir de te lire en tout cas!

01-07-2016 à 11:06
Adele Eastmacott

Merci pour cet article !
Je me pose à peu près les mêmes questions, même si je suis partie du principe que mon blog ne serait jamais parfait et que je n’arriverais jamais à plusieurs posts par semaine (trois par mois est mon objectif de base).
Je suis admirative et sceptique devant les blogueuses qui postent énormément. Je me doute bien qu’on ne voit qu’une petite partie de leur vie, mais cette partie a l’air tellement grosse que c’est dur de se dire qu’elles ont conservé une vie privée. Je me demande aussi si leur vie personnelle n’en pâtit pas trop, s’il ne faut pas une organisation incroyable … Et quelque part, tu as un peu répondu à ces questions.
Dans la mesure où ton blog a déjà beaucoup d’articles et remplis bien son rôle de book si tu en as besoin, peut-être pourrais-tu continuer à lever le pied sans culpabilité ?
Si je me mettais assidument aux réseaux sociaux, que je postais plus, je pense que j’aurais plus de trafic. Mais même si j’ai très envie de rencontrer de nouveaux lecteurs et avoir des échanges, le fait que je ne me lance pas dans tout ça est révélateur : c’est trop pour moi, je n’en profiterais plus. A défaut de tout faire moi-même, j’essaie de trouver d’autres blogs où on parle des sujets qui m’intéressent et d’en profiter avec moins de contraintes, en simple lectrice.

02-07-2016 à 9:30
Eloïse Baker

Article au top!
Mon blog en est au stade de bébé, je ne poste pas très souvent dessus, à part sur instagram, parce que c’est très très facile de prendre une petite photo de ce qu’on mange à la maison.
En revanche, je suis tout à fait d’accord avec tout ce que tu dis.
Mon blog est le témoignage de mon nouveau mode de vie, entamé le mois d’Août dernier, je souhaite aussi qu’il fasse le lien entre mon “lifestyle” et mon activité pro qui débutera en septembre, mais le truc, c’est tout bête, je me culpabilise vachement de ne pas poster régulièrement, blogger n’est pas mon boulot, pourquoi m’en faire alors? Aucune idée.
On dit aussi que le mieux est l’ennemi du bien, alors faire ce qu’on peut, quand on aime et que ça nous fasse kiffer, c’est l’essentiel. Et tu l’as très bien résumé.
BIsettes de Montpellier

02-07-2016 à 19:58
Léa

Comme je te comprends !! Et vraisemblablement, j’ai l’impression qu’on est beaucoup de blogueuses dans ce cas !
C’est quand même dingue qu’on en arrive là ! D’une passion, on est passé l’obligation. Enfin, une obligation qu’on s’est nous-même imposée. C’est fou !
De mon côté, j’ai également commencé à ralentir pour profiter de ma vie, la vraie !
Ça fait bientôt 1 an que je suis devenue maman et j’ai voulu tout gérer en même temps : mon baby, le boulot, le blog (quasiment 20 heures par semaines…), mon homme, mes amis, famille, etc. J’essaie d’accepter que je ne suis pas une super woman et ne peux pas tout faire. Enfin voilà…
Je voulais également te dire que c’est courageux d’avoir partagé tes sentiments ici et ça fait du bien…
A dans 2 semaines alors… ;-)

05-07-2016 à 9:48
clara

Joli article, je viens de découvrir ton blog et j’adore ton univers :)

13-07-2016 à 7:13
la Fourmi Elé

C’est exactement la même chose pour moi ! Pendant un temps j’ai eu beaucoup de temps à consacrer à mon blog et aussi une très grande envie de faire bien, de faire mieux, toujours et de partager ! Je faisais également 3 articles par semaine et ça demande un temps, fou !! Pas du temps plein mais pour faire proprement les choses il faut avouer que c’est chronophage ! Puis le quotidien et d’autres projets prennent le dessus et il devient difficile de tenir ce ryhtme d’autant que, comme toi , je passe aussi beaucoup de temps sur le net !! J’en suis à 1 article par semaine et je pense avoir trouvé un équilibre même si parfois je voudrais en faire plus !! Mais tu as raison, partager dans la “vraie vie” c’est bien aussi !!

Laissez un commentaire